Archives pour la catégorie Non classé



« Soyons modernes, détruisons les 35 H ! »

Il faut détruire les 35 H ! Pas officiellement bien sûr, mais de l’intérieur, leur enlever toute existence réelle. L’objectif est clair, et ce gouvernement ne craint aucune manoeuvre de bas étage pour arriver à ses fins. On prône ainsi le dialogue, on applaudit à la signature d’un accord, entre les partenaires sociaux, dit de “modernisation sociale”. Et puis, quelques jours (!) plus tard, on annonce qu’en fait de modernisation sociale, on va revenir quelques décennies en arrière, en favorisant les négociations dans chaque entreprise (c’est tellement plus facile pour le patronat !) pour augmenter le temps de travail.

Tout cela est logique, puisque, d’après Sarkozy, Fillon et consorts, les Français sont des fainéants qui travailleraient moins que leurs voisins européens : la preuve, la durée légale ! Alors, il faut le dire et le redire (le travail de sape a tellement été fait dans les esprits), tout cela est faux, le gouvernement et la droite mentent !

Poursuivre la lecture ‘« Soyons modernes, détruisons les 35 H ! »’

Mr le président, pourrais-je aussi bientôt revendre mes congés payés ?

La machine à remonter le temps et les acquis sociaux est en marche! Les classes « dirigeantes » le sentent bien, qui apprécient particulièrement le détricotage des 35 H…et au delà, la décrédibilisation de la réduction du temps de travail…

Même une certaine gauche « raisonnable »,  insidieusement acquise aux idées libérales, puisqu’elle n’en a plus de propres à défendre, accepte sans vraiment broncher le fameux « travailler plus pour gagner plus ».

Partout la « valeur travail » est glorifiée : travailler un peu pour soi (le salaire), travailler beaucoup pour la croissance….et pour ceux qui en profitent !

Poursuivre la lecture ‘Mr le président, pourrais-je aussi bientôt revendre mes congés payés ?’

Les conseils de quartiers, premiers éléments de la démocratie locale

Améliorer la gestion locale, développer (parfois reconstruire) le lien social et re-légitimer le politique : les conseils de quartier, symboles et bases de la démocratie locale, sont aujourd’hui investis de grandes attentes. Ils n’y répondront que si les enjeux de mise en œuvre sont clarifiés, c’est-à-dire si l’offre de participation faite par le pouvoir local n’est pas une coquille vide et intègre mobilisation des habitants et reconnaissance de leur parole.

  • Améliorer la gestion locale

La première approche, très pragmatique pose que l’écoute du citoyen est       de nature à fonder la décision des élus sur une connaissance plus fine des besoins de l’usager et habitant, voire d’éviter des erreurs technocratiques.

  • Développement du lien social

           En se parlant, on favorise la tolérance, la création du consensus, la prise en compte des besoins des uns et des autres. L’intérêt de ces conseils est avéré, à la fois pour le dialogue entre élus et administrés, mais aussi entre les habitants d’un même quartier.

  • Re-légitimer le politique

L’intérêt pour la chose publique est d’abord éveillé à travers la sensation des citoyens d’être associée à la prise de décisions, d’être des citoyens écoutés. Le conseil de quartier, dans cette optique, est « une école de démocratie ». A partir de problèmes du quotidien, du concret, là ou les gens voient l’aboutissement de leurs actes, on peut développer leur intérêt pour la chose publique.

Poursuivre la lecture ‘Les conseils de quartiers, premiers éléments de la démocratie locale’

Un nouveau contrat démocratique

Face à une droite qui ne fait déjà plus rêver, malgré les gesticulations démagogiques et permanentes de son leader, la gauche socialiste, et notamment le PS, n’apparaît malheureusement toujours pas comme une alternative crédible. On pourrait même dire qu’elle est aujourd’hui totalement inaudible…et pas seulement parce qu’elle manquerait d’un leader reconnu !

A l’incertitude du lendemain qui pèse sur le moral de nos concitoyens, et qui provoque, en corollaire, un indéniable désenchantement civique, s’ajoute, il faut en être conscient, une véritable crise de confiance dans la classe politique. Une majorité de Français regardent ainsi nos efforts de refondation avec scepticisme, avec la sensation qu’il n’existe pas de solutions alternatives, réalistes, à celles de la droite.

Poursuivre la lecture ‘Un nouveau contrat démocratique’

Démocratie locale: pour réhabiliter la politique

Idéal de société, finalité politique, nécessitant de baliser collectivement et de redéfinir en permanence les chemins pour l’atteindre, la démocratie, vécue au quotidien, reste trop souvent marquée par le poids d’un système traditionnel de gouvernance, relevant d’une organisation pyramidale : au sommet les élus, à la base la population, et, entre les deux, les techniciens, experts et associations jouant le rôle de corps intermédiaires.

Sans que les élus ne s’en rendent forcément compte, la concentration et la personnification du pouvoir a trop souvent  pour conséquence, la paralysie du débat démocratique. Dans un système « descendant » de gestion, qui montre chaque jour davantage ses limites, cette absence de concertation, ne fait que renforcer le désintérêt de la plupart des citoyens à l’égard des travaux et décisions des assemblées délibérantes….conseils municipaux par exemple !

Poursuivre la lecture ‘Démocratie locale: pour réhabiliter la politique’

La place de l’individu dans la société…et dans la vie publique.

L’individualisme est-il une qualité, un défaut ou…une maladie honteuse ?

Si, à droite, et, notamment pour les tenants du libéralisme économique, la question peut apparaître comme superflue, à gauche, où la sémantique utilisée met plutôt en avant le « vivre ensemble », ce thème résonne, pour certains, presque comme un gros mot, et au mieux comme une découverte sur laquelle il importerait de se positionner rapidement.

Au risque de heurter, on peut pourtant avancer que nous sommes tous  individualistes, puisque c’est au travers de nos sentiments, de nos pensées, de nos idées personnelles que nous appréhendons le monde. Et celà même si, avec un minimum de lucidité, nous pouvons constater que cette conscience, ressentie comme unique, « personnelle », court souvent le risque d’être orientée par des éléments extérieurs, au premier rang desquels l’influence des médias. Qui n’a pas en mémoire une réaction ou un sentiment, provoqués par une information, se révélant fausse dans les jours ou les semaines suivantes….. Et les médias ne sont pas seuls à nous faire courir le risque d’une perte de libre arbitre: évènements personnels, professionnels, entourage, pressions diverses, peuvent aussi altérer nos jugements !

Poursuivre la lecture ‘La place de l’individu dans la société…et dans la vie publique.’

La croissance, pour qui ?

Quand on a prononcé ce mot, on a tout dit : la croissance ! cet objectif tellement désiré qui serait la solution à tous nos problèmes ..

Alors clarifions ! Qu’est ce que la croissance aujourd’hui ?

Dans les pays en voie de développement c’est une accumulation de richesses produites sans le moindre souci de l’avenir « durable » de la planète; c’est une accumulation de richesses, au profit d’une minorité, produites sans le moindre souci de l’amélioration de la qualité de vie de la majorité, et même souvent à son détriment, (voir le travail des enfants et le niveau de vie des populations rurales…)..

Poursuivre la lecture ‘La croissance, pour qui ?’

Etre de gauche a t’il encore un sens ?

Kouchner, Bockel, Hirsch….et d’autres, mais quelles analyses….ou quels renoncements….poussent-ils des hommes qui se disent « de gauche », à rejoindre un gouvernement qui a annoncé, et qui le met fermement en application, le programme le plus à droite que nous ayons connu dans ce pays depuis très, très…très longtemps ?

Des ambitions personnelles peuvent-elles, seules, expliquer ces ralliements…que certains qualifieront de renoncements ?

Valeurs de gauche, valeurs de droite, cela fait-il encore sens aujourd’hui ? Ne suffit-il pas de regrouper, comme semble vouloir le faire Sarkozy, les meilleurs spécialistes dans chaque domaine ?

Poursuivre la lecture ‘Etre de gauche a t’il encore un sens ?’

Humeurs estivales…

Juillet 2007, le temps est maussade. Le mois de juin n’a pas été très bon non plus….et le mois de mai, rappelez vous, pas meilleur !

Pourtant il règne dans le pays un climat de calme, de tranquilité, comme si les Français avaient vraiment décidé de souffler, d’oublier plusieurs mois de discussions, de forums participatifs, de confrontations idéologiques.

Et puis, surtout, un président est enfin là ! Comme on dit en sport, c’est celui qui le voulait le plus qui a gagné. Il est présent, que dis-je, omniprésent !  il va s’occuper de tout, que dis-je, il s’occupe de tout !… avec une énergie qui apparaît sans limite, et même qui sécurise (si, si !), en tout cas, qui force l’admiration et développe le respect.

Poursuivre la lecture ‘Humeurs estivales…’

Valeur travail et …35 H !

Il est de bon ton aujourd’hui de se revendiquer de la “valeur travail” et sans doute allons nous, c’est vrai, devoir par exemple travailler plus vieux dans les années à venir pour pouvoir sauvegarder notre régime de retraite. Mais pour autant faut-il sacrifier sur l’autel de la tyrannie d’une “science” économique apparaissant comme exacte et inexorable, où l’homme n’a plus le moindre impact (mais pourquoi continuons nous donc à croire en la politique ?), une revendication originelle de la gauche : le droit au temps choisi, le droit de ne pas seulement vivre pour le profit ?

Poursuivre la lecture ‘Valeur travail et …35 H !’

123456


Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Flamberge - Montereau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sarkozy président
| Sondages, non merci !
| désir de débats