Etre de gauche a t’il encore un sens ?

Kouchner, Bockel, Hirsch….et d’autres, mais quelles analyses….ou quels renoncements….poussent-ils des hommes qui se disent « de gauche », à rejoindre un gouvernement qui a annoncé, et qui le met fermement en application, le programme le plus à droite que nous ayons connu dans ce pays depuis très, très…très longtemps ?

Des ambitions personnelles peuvent-elles, seules, expliquer ces ralliements…que certains qualifieront de renoncements ?

Valeurs de gauche, valeurs de droite, cela fait-il encore sens aujourd’hui ? Ne suffit-il pas de regrouper, comme semble vouloir le faire Sarkozy, les meilleurs spécialistes dans chaque domaine ?

Les municipales se profilent, et la droite sarkozienne, pour pousser encore son avantage, annonce déjà des listes « d’ouverture » ! ….lers meilleurs gestionnaires pour faire fonctionner de manière efficace notre société moderne et complexe.. la politique ne serait-elle plus qu’une affaire d’experts ?

Mais bon sang ! dites moi donc, après tout, pourquoi quelques différences d’appréciations, quelques différences de conception de la société, seraient-elles si difficilement conciliables ?

Pourquoi ? Eh bien, au risque de manquer d’humilité face à nos « grands ralliés » et à leurs analyses, je veux expliquer ici, en quelques lignes, pourquoi, moi, simple militant, je n’accepte pas le programme, et la vision qui en découle, de la droite au pouvoir, et pourquoi, donc, je continue à m’affirmer clairement et sans complexe « de gauche » !

  • d’abord, parce que je pense que l’Homme ne peut être réduit au simple rouage économique d’une société de marché, et qu’il doit pouvoir s’exprimer, se développer, se réaliser, dans sa vie propre, privée, individuelle, familiale, et participer librement à tous les aspects de la vie communautaire de sa ville, sa région , son pays.
  • parce que, aussi, je n’accepte pas que le marché soit seul à dicter sa loi (et sa pensée) unique, et accentue encore les inégalités sociales, en France comme dans le monde.
  • parce que je n’accepte pas la domination économique et politique sans partage, d’une minorité de nantis sur la majorité des citoyens.
  • parce que je crois qu’il est encore possible de construire un monde différent dans lequel les richesses qu’il est nécessaire de créer, et le pouvoir, seraient plus justement répartis.

Et je pourrais développer ainsi en parlant de démocratie dans la vie publique, dans les médias, etc…Malheureusement, il faut bien le constater, ces valeurs, qui,pour moi, font la différence entre une vision de droite et une vision de gauche de la société, ces valeurs de justice sociale, de solidarité, de respect de l’humanité, de liberté…..ne « parlent plus » dans un monde où le légitime désir d’autonomie de chacun a été instrumentalisé, par les tenants du « tout marché » libre et sans limites, pour développer l’individualisme, le droit du plus fort….et la croyance que, grâce aux vertus du libéralisme économique, tout deviendrait possible, voire probable, pour chacun d’entre nous .

Le résultat est clair, et le triomphe actuel de Sarkozy n’st sûrement pas un hasard ! La gauche est devenue totalement inaudible par une grande majorité de citoyens. Elle a perdu l’essentiel des classes populaires, qu’elle prétend défendre, elle attire peu les classes moyennes, les plus nombreuses, et, aujourd’hui, elle est sans doute à peine majoritaire dans la fonction publique, chez les fonctionnaires qui constituent pourtant l’essentiel de ses troupes militantes !

La droite, ne nous y trompons pas, et ne l’espérons pas comme solution, ne refera pas les erreurs auxquelles elle nous vait habitués il n’y a encore pas si longtemps. Sarko-Bonaparte, que nous sommes nombreux à honnir, représente, aux yeux de la majorité de nos concitoyens, l’archétype de l’homme politique moderne, sûr de lui, sûr de ses idées, sûr de sa communication…décomplexé !

Alors c’est clair, ce n’est pas par de petits calculs, même réalisés par de plus jeunes leaders, ce n’est pas par de petits arrangements avec tel ou tel parti, ce n’est surtout pas en reprenant les recettes traditionnelles du passé, totalement inadaptées à un monde…révolu …que nous redeviendrons crédibles et que nous attirerons à nouveau tous ceux qui rêvent d’un monde meilleur.

C’est d’une véritable « révolution » dont nous avons besoin, dans le domaine des idées, bien sûr, mais aussi dans notre fonctionnement, dans nos comportements, pour modifier profondément l’image plutôt négative, que nous renvoyons aujourd’hui.

Nous devons d’abord dire ce à quoi nous croyons, et le traduire en propositions. Libre ensuite à chacun de s’y rallier ou pas ! Et être clairs ! Il n’est pas suffisant de condamner une mesure de la droite…sans rien avancer en contre partie, par crainte, trop souvent, de mécontenter telle ou telle catégorie de la population que nous pensons acquise à nos idées .

On ne peut, s’il faut prendre un exemple, se contenter d’annoncer que nous reviendrons sur la loi Fillon, pour les retraites, et, en guise de propositions, annoncer simplement, sans donner la moindre direction, une grande négociation !

Soyons clairs, pour rester sur le même exemple, nous savons pertinement que l’axe principal de la loi Fillon, « travailler tous plus vieux », sera incontournable……et je préfèrerai, moi aussi ( parce que la fameuse valeur travail, dont on nous rebat les oreilles, dans notre société libérale, elle n’est respectable que lorsque l’on parle de travail « productif »)..partir en retraite à 60 ans, après 37,5 années de cotisations…..mais le monde a changé, nous vivons plus vieux, prendre sa retraite 3 ou 4 années plus tard….si le recul du chômage le permet…ne pourra  sérieusement être considéré comme un « recul social »…surtout face aux jeunes générations qui devront assurer la retraite des plus anciens…si nous voulons garder notre système par répartition !

On peut continuer à tourner autour du pot, en oubliant aussi de dire que, par simple souci de justice, il faudra bien revenir également sur certains avantages ………acquis uniquement par certaines corporations !

Prenons pluôt le risque d’être clairs, objectifs, honnêtes, même si cela doit détourner de nous quelques électeurs par simple intérèt corporatiste, et c’est même une chance historique qui s’offre à nous de regagner en crédibilité dans l’ensemble de la population…et même, je veux l’espérer pour la profondeur de leurs convictions, au sein de celles visées, qui savent bien, au fond, qu’il est des rentes de situation qui ne sont plus admissibles aujourd’hui : un acquis social ne peut être considéré comme tel, que s’il est susceptible d’être étendu, à terme, à la majorité des travailleurs.

Et puis, nous devons dire aussi comment nous concevons la démocratie dans la cité, et donner l’exemple par nos comportements. Il faut, (encore un exemple !), respecter, à tous les niveaux, ce que nous « assénons » régulièrement, à chaque échéance, dans nos programmes nationanux : non cumul et limitation du nombre de renouvellement des mandats, transparence des actions…

Le cumul des mandats ne permet pas aux élus de remplir correctement leurs différentes tâches…et donne aux citoyens l’image d’une course au pouvoir, voire aux intérèts personnels .

La limitation à 3 mandats successifs maximum, permettra un renouvellement sain des citoyens engagés dans la gestion de la cité, et atténuera le sentiment qu’ont beaucoup d’électeurs….sans parler de ceux qui ne le sont plus, car ils « n’y croient plus ! »…que, décidemment la place « doit être bonne » puisque celui, ou celle, qui l’occupe s’y accroche avec autant d’énergie !

La transparence dans la vie publique doit s’imposer à tous les élus : rendre des comptes régulièrement,  associer les citoyens aux décisions, devraient devenir une règle élémentaire !

 La conclusion est simple: si nous voulons que l’espoir revienne, c’est une véritable « révolution » (n’ayons pas peur des mots) des idées, mais aussi, et peut-être surtout, des comportements que nous devons initier ! Ce dont nous n’avons pas besoin , c’est d’ambitions démesurées qui oublient que s’engager en politique doit d’abord être un acte de foi en des idées !

0 commentaire à “Etre de gauche a t’il encore un sens ?”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Flamberge - Montereau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sarkozy président
| Sondages, non merci !
| désir de débats