Archives pour mars 2007

L’Europe est notre avenir !

 Est-il aujourd’hui possible, au moment où se déroulent les cérémonies du 50 ème anniversaire du Traité de Rome, à une période où l’Europe peine à tracer son avenir, et sans se faire aussitôt accuser d’être un mauvais citoyen, d’avouer son étonnement de voir le thème de l’identité nationale s’imposer comme un point crucial et incontournable dans la campagne électorale ?

Comme si le sentiment d’appartenance à la patrie, à une communauté, à une histoire, à une culture….était véritablement en péril; alors que bien des évènements, notamment sportifs, nous prouvent régulièrement le contraire .

Mais, toutes les études d’opinion le démontrent, les Français sont pessimistes et inquiets pour l’avenir, et, naturellement, la tentation est forte, pour les politiques, de mettre en avant une telle valeur traditionnelle. Pour être élu, un seul objectif : rassembler !..et, de gauche ou de droite, nous sommes tous, d’abord, citoyens, électeurs et..Français.

A gauche, le souvenir amer de l’exploitation éhontée, mais efficace, par la droite, en 2002, du thème de la sécurité, reste vivace et douloureux. Pour autant, devons nous nous laisser aller à traiter, nous aussi, un thème comme l’identité nationale, qui ne devrait, par nature, que rassembler les citoyens, de manière aussi excessive (un drapeau dans chaque foyer, la Marseillaise à toutes les sauces…), au risque,finalement de flatter des sentiments moins nobles et de contribuer à l’illusion que notre avenir serait exclusivement national.

En Europe, pas un seul pays ne pourrait résister, seul, face à la mondialisation. Notre avenir passe par l’union. Nous devrons définir, dans un avenir proche, jusqu’ou nous voulons aller dans cette union, quelles concessions nous serons prêts à faire. Aujourd’hui, certains le regrettent, les Etats Unis d’Europe sont un mythe, mais plus l’union sera forte et plus chacun des pays la constituant en bénéficiera. L’inverse est vrai aussi !

Alors l’identité nationale ? en parler, oui ! un thème porteur, sans doute…. mais sachons, dans ce cas, aborder aussi fortement la question de l’Europe qui, il faut en avoir conscience, sera notre avenir…..et notre unique solution !

A voir …..DSK/Sarko « Travailler plus pour gagner plus »

http://www.dailymotion.com/video/3N2a0LRlSuao44ods

Le travail vu par la droite

http://www.dailymotion.com/video/6mDRkgoRYCqJoa0Xt

L’appel des 150 « Avant qu’il ne soit trop tard »

L'appel des 150

Le Nouvel Observateur publie, jeudi 1er mars, un texte signé par plus de 150 intellectuels qui appellent à voter pour Ségolène Royal, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance ».

Le texte de l’appel

« Le 22 avril, il sera trop tard. Trop tard pour déplorer notre dispersion. Trop tard pour regretter notre inaction. Trop tard pour s’apercevoir que l’élection présidentielle s’est faite sans nous, malgré nous.

Nous refusons cette défaite trop souvent annoncée. Nous n’admettons pas que l’on vote à notre place. Nous n’acceptons pas que des sondages fabriquent une élection. Et nous ne tomberons pas dans le piège tendu par cette droite qui domine ou influence la plupart de nos grands médias.

Car tout est fait, dans cette campagne, pour démobiliser la gauche et désespérer ses électeurs. Rien n’est épargné à Ségolène Royal. Ses déclarations comme ses silences, son entourage comme son compagnon, sa simplicité comme sa franchise, sa féminité comme sa fermeté : tout est prétexte en face à caricature et à moquerie. Tout est bon pour alimenter le mépris social et le dédain sexiste. Qu’elle prenne le temps d’écouter les Français, et on la soupçonne de n’avoir rien à dire. Qu’elle annonce longuement son pacte présidentiel, et la question du chiffrage vient opportunément occulter le détail de ses engagements. Qu’elle-même ou son entourage soient victimes de procédés de basse police, et on préfère retenir l’air de la calomnie plutôt que de s’alarmer pour la démocratie. Qu’elle assume son identité de socialiste, et on lui reproche de se plier à un appareil. Qu’elle revendique sa part de liberté, et on l’accuse de se méfier de sa famille. Qu’elle réussisse un meeting électoral ou une émission télévisée, et on lui oppose immédiatement des enquêtes d’opinion aussi fluctuantes qu’incertaines.

Nous ne nous laisserons pas intimider. Dès le premier tour, nous voterons pour Ségolène Royal et nous appelons à faire de même, à le faire savoir et à faire campagne. Car nous voulons que, cette fois, la gauche gagne. Nous parions sur cette gauche plus exigeante avec elle-même et plus à l’écoute des siens, qui a appris de ses échecs, de ses illusions et de ses divisions, une gauche ambitieuse et audacieuse.

Et nous savons que ce n’est pas n’importe quelle droite qui risque de l’emporter. Jamais candidat de droite n’aura à ce point symbolisé la régression sociale. Nicolas Sarkozy est, tout à la fois, le candidat du pouvoir financier, du pouvoir personnel et du désordre mondial. Soutenu par la nouvelle aristocratie financière, il incarne la soumission de la politique à l’argent. Favorable à un renforcement des pouvoirs présidentiels, il incarne la tentation du césarisme contre l’approfondissement de la démocratie. Engagé aux côtés de l’actuelle administration américaine, il incarne le risque des aventures impériales, du choc des cultures et de l’affrontement des peuples. C’est le candidat de la peur. Des peurs qu’il exploite – celles de l’avenir, du monde, de l’étranger, des jeunes – mais aussi des peurs qu’il inspire en convoquant l’imaginaire de l’homme fort, du chef vindicatif et exalté, épris du pouvoir et de lui-même.

Contre ce danger, Ségolène Royal est la candidate de l’espérance. Elle l’a fait naître en défendant une démocratie participative où les citoyens sont reconnus experts de leurs problèmes. Une espérance à la fois sociale et écologique, éthique et démocratique, française et européenne, ne sacrifiant pas les conditions de vie et de travail à la modernisation économique. L’espérance d’une république nouvelle, rompant avec un présidentialisme étouffant pour un parlementarisme vivant. L’espérance d’une démocratie qui ne se réduirait plus à un pouvoir personnel, avec ses courtisaneries, ses impunités et ses privilèges. L’espérance d’une France enfin réconciliée avec son peuple, ses quartiers, ses travailleurs et sa jeunesse dans sa diversité.

Mais l’indifférence peut tuer l’espérance. Depuis 2002, nous sommes prévenus, et nous n’avons plus d’excuse. Nous savons que cette élection sera ce que nous en ferons. Il n’est plus temps de se faire plaisir, en perdant de vue l’enjeu décisif. Nous affirmons qu’il n’est de soutien entier que critique, de loyauté que lucide, de solidarité qu’indépendante, et nous resterons fidèles à cet engagement. Nous disons aussi que le second tour se joue dès le premier tour. Cette élection n’est pas ordinaire et elle engage, à travers le sort de la France, un peu de l’avenir du monde. C’est pourquoi, contre une droite d’arrogance, nous appelons à choisir, dès le 22 avril, une gauche d’espérance, en votant Ségolène Royal. »

L’illusioniste

Voulez-vous connaître ma statégie pour gagner l’élection présidentielle ? Rien de plus simple !

Aujourd’hui postulat incontournable, insidieusement distillé à longueur d’antennes et de colonnes: les Français ne veulent plus de droite… ni de gauche. Non ce qu’ils souhaitent c’est l’union sacrée de tous, ou, du moins, de ceux qui seraient peu engagés dans un camp ou dans l’autre.

Tout le monde doit se retrouver dans le sécurisant ventre mou des compromis : un peu de justice sociale, bien sûr! ….mais pas trop non plus ! En face ménageons les intérèts des classes supérieures …qui pourraient nous abandonner à notre triste sort !

Un peu de temps pour soi, d’accord !..mais point trop non plus, n’oublions pas que l’important c’est la création de richesses qui, soit, profitent plus à certains qu’à d’autres…. mais, enfin, qui permettent à tous d’au moins survivre !

Un peu de pouvoir d’achat pour les salariés, évidemment ! mais soyons raisonnables, les actionnaires pourraient ne pas être d’accord !

Et c’est là que j’arrive, moi, l’illusioniste ! Regardez moi, je vous ai compris: la droite et la gauche n’ont pas de solutions! Avec moi, pas de vagues, vous serez au calme…Vous connaissez mon parcours ! Je n’ai jamais changé de camp, mais je sais me faire entendre , je suis un « honnête homme », tout ira bien !

Mon programme ? …mais ne vous inquiétez donc pas, je saurai, moi, prendre un peu à l’une, énormément à l’autre, pour faire mieux que tout le monde..

Avec qui ? ..mais ne vous inquiétez donc pas, quand je serai élu président, je saurai trouver des alliances…vous savez bien, je suis honnête……et fidèle !



Le blog du Parti communiste... |
ENSEMBLE AVEC SEGOLENE ROYALE |
Flamberge - Montereau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sarkozy président
| Sondages, non merci !
| désir de débats